/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

1.
Intro 00:44
2.
L’irréel flirte avec le jour Et engendra de cet amour De sombres cieux percés d’espoir, De sombres lieux bercés de soirs. L’essentiel reste en sa demeure La douce noirceur de son labeur, De parsemer l’incandescence, De parsemer la quintessence. C’est une ode à la nuit A l’aube endormie Où l’onirisme intarissable Insuffle une autre vie. Une ode à la nuit Sublime hérésie Où l’obscurité insaisissable Estampe l’heure d’un sursis. Rebelle éphémère pour toujours, Elle enfanta de ses atours De l’ombre heurtée aux au revoir, De l’ombre bleutée en sa mémoire. C’est elle qui sculpte toutes les nuits Un ciel ouvert aux érudits, D’épars sommeils qui s’épanouissent, D’épars sommeils qui s’évanouissent. L’aurore se trace, l’idéal fertile de l’antre des deux faces, Encore fugace, sidéral fébrile, un chantre qui s’efface. Encore, l’obscurité s’endort L’aurore, révèle ce qu’elle ignore Encore…
3.
Quand entre encore une autre voix Son corps l'ignore mais l'entrevoit Il est ailleurs dans son monde intérieur au gré d'émois qui font leur loi Oh oh Comment comprendre ce qui nous est caché Aux méandres des damnés Créons les mots Afin d'entendre tous ces messagers Hôtes d'une autre réalité Quand errent ses sens Et le bon sens Nous ne devinerons L’orée d'une raison Il s'est allé De la réalité plein d'illusions Qui le perdront Oh ohoh...
4.
Est-ce l'importance que d'y voir un sens ? Est-ce vers l'oubli, qu'elle s'est endormie ? Comme un envol, bercé par le vent Quelle délivrance... Est-ce l'évidence ou la providence ? Même s'il est dit que c'est l'infini Que des paroles, portées par le vent Quelle éloquence... Merci d'emmener en Terre endormie Les peurs qui la font souffrir Merci d'emporter au creux de son lit les pleurs et les souvenirs... Est-ce l'expérience de l'omniscience ? Peut-être qu'il suffit peu d'êtres éblouis ? Enfant d'Eole, emporté par le vent Quelle élégance Merci d'emmener en Terre endormie Les peurs qui la font souffrir Merci d'emporter au creux de son lit les pleurs et les souvenirs Merci d'envelopper au sein de ses nuits les heures où je l'ai vu sourire Est-ce l'importance que d'y voir un sens ? Est-ce vers l'oubli qu'elle s'est endormie ? Comme un envol...
5.
J'ai beau écouter ces paroles insipides Que des mots étouffés par la force du vide C'est comme une distance qui a pris naissance Est-ce de l'indifférence ? J'irais chercher au plus profond de moi Ce qui pourrait raviver nos émois... Mais est-ce trop tard ? Je refuse l'ignorance qui s'est tant immiscée peu à peu dans ce regard je refuse l'évidence qui nous a éloignés mais est ce trop tard ? J'ai beau deviner encore et toujours ces non-dits Que des phrases déguisées d'émotions trop flétries C'est comme une distance qui a pris naissance Est-ce de l'indifférence ? J'irais chercher au plus profond de moi Ce qui pourrait raviver nos émois... Je crois qu'on se perd peu à peu Laissant place à l'incertitude Quand les doutes deviennent silencieux Et les « j'espère » des habitudes Les craintes sillonnent le paysage L'indifférence poison de l'âme Se développe et se propage Déferlant au gré de sa trame Ses flots oh combien douloureux... Je crois qu'on se perd peu à peu
6.
Ce sentiment 06:12
Quelle ironie c’est vrai, ce sentiment… Toute la profusion des émotions Génère l’intense réminiscence Qui tiraille nos entrailles. L’instant d’une agonie s’élève Vers celui qui connaît ce sentiment Seulement, la solitude éveille A celui qu’elle aimerait si gentiment, Cette ironie qui est ce sentiment Toute la profusion des émotions… Souvent l’incertitude réveille A celui qu’elle distrait ce sentiment. Maintenant, la folie se révèle A celui qui vivrait ce déchirement Quelle ironie cesserait ce sentiment ? Est-ce bien en notre âme Que se consume nos blâmes ? Est-ce là notre Dam ?
7.
Pourquoi la vie est ainsi faite ? Pleine d'ironie et de défaites ? Quand rien ne vous surprend Commune envie d'un univers Moins linéaire que d'ordinaire Mais qu'est-ce que j'attends ? Vivre une histoire déjà écrite de pages illusoires que rien n'agite Tel un conte insufflé doucement Mais je rêve d'un livre un inédit où chaque mot s’enivre de sens insoumis Mais qu'est-ce que j'attends ? Et pourquoi pas, un autre fois Où je pourrais enfin être qui je suis Une autre essence une autre chance Où je pourrais oublier qui je suis Trop à l'étroit dans mes regrets J'aimerais avouer qu'ils m'ont abandonné Car ils me sont pesants Je me sens ramer dans un monde endormi Comme manipulée par leurs apologies Mais qu'est-ce que j'attends ? Je me sens bouillir Dans un corps en délire Je veux changer de peau brûler mes oripeaux Mais qu'est-ce que j'attends ?
8.
Il est peut-être un peu osé d’espérer tant retrouver Ce qu’on m’a volé (Mais qu’importe). Serait-ce tellement démesuré d’essayer de l'approcher Voir même d’effleurer… Cet instant égaré Mais serait-ce vraiment insensé d’effacer tout le passé qui nous a blessés (Qu’on supporte) Et de pouvoir s’imaginer Retracer l’inachevé Se voir échanger Un dernier regard Un bref instant Pour un au revoir Qui nous a été arraché. Mais si seulement il m'était accordé de te dire combien je t'ai aimé même s'il est temps, ne t'en va pas reste là ne t'en va pas juste un instant, ne t'en vas pas reste là ne t'en va pas L'espace d'un instant... Mais la vie nous a séparés, Sans même laisser deviner La fin Courtisée (Qu’tu t’en sortes) Alors je préfère ignorer Cette idée et me laisser Enfin contempler Cet instant égaré Et pourtant j’aurais tout donné Pour saluer l’envolé De l’éternité Qui t’emporte Alors il m’arrive de rêver Que ces minutes dérobées Sauront exister Je caresse l’espoir D’un firmament Te laissant entrevoir Mes derniers adieux bouleversés
9.
Funambule 04:51
Funambule solitaire Noctambule dans les airs Il recule sans repères Dans sa bulle vers l’éther. Incrédule, téméraire qu'acidulent ses grands airs Que j'adule pour lui plaire Particule de lumière... Et s'il virevolte depuis des ères désinvolte C'est sans manière qu'il se révolte Et s'il récolte de ses frères ce qu'il colporte C'est sans prières qu'il se révolte. Suspendu sur une tige Et pendu au vertige, C'est perdu qu'il se dirige Par de superflues voltiges. L’aperçu qui se fige Par dessus les vestiges Que sa revue lui exige n'est pourvu que de prestiges
10.
Onirique 04:45
Pendant que certains s'éveillent Il façonne son sommeil C'est juste un songe déguisé Comme unique réalité. Pousser au loin les limites Créer des rêves qui s'agitent Font de cet être hypnotique Un créateur onirique ! Dans une autre vie Il file à travers lui Il court vers ses rêveries Alors que l'on se réveille Il s'adonne à ses merveilles Grimées de chimères enjouées Dessinant sa Vérité N'allez pas croire qu'il hésite Mais plutôt qu'il nous invite A être l’hôte amnésique De son voyage onirique Dans une autre vie Il file à travers lui Il court vers ses rêveries
11.
Regrets 05:58
Las de souvenirs Qui animent De bien vils désirs Comme une rime Fait retentir Les mots intimes Qui nous chavirent. Loin de nos rêveries Que romance Une tendre imagerie Celle d’une conscience Endolorie Plus qu’une transe Inassouvie. Viens oublier les drames qui blessent tes pensées Viens effacer les larmes Qui percent tes secrets Viens déposer les armes Qui lestent tes regrets. L’au-delà séduit En son cœur Tous les insoumis Que la douleur A assombris telle une lueur Qui s’affaiblit L’âme a ses envies Qu’illuminent Nos si durs esprits Elle se chagrine D’une hérésie Et nous chemine Vers l’interdit

credits

released March 29, 2019

license

all rights reserved

tags

about

Inhepsie Chauvigny, France

Inhepsie, atmospheric metal band with female singing, formed in 2001 in Paris.
Inhepsie's particularity is in the original creation of albums written in french in poetry form, inhepsie made 4 albums

contact / help

Contact Inhepsie

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Onirique, you may also like: